Jaurim /04 (자우림 4집) Korean Rock

Publié le par Daegann

    Sortit début septembre 2002, Jaurim /04 était assez attendu car il aura fallu attendre un an après la sortie du "True Live" et deux ans après la sortie du "troisième" album pour pouvoir écouter de nouvelles chansons de Jaurim !  Lorsque j'ai appris sa sortie, je l'ai acheté immédiatement et en recevant mon colis, j'étais vraiment impatient de découvrir l’album. J'ouvre donc le colis et là les bonnes surprises commencent :


    Pas de boîtier plastique classique pour cet album dont la pochette est à peu prêt du même format qu'un boîtier de DVD. En fait, nous nous trouvons face à un livret photo donnant le ton général de l’album avec une majorité de cliché en noir et blanc. A noter la présence d'une double page centrale dans le livret où Lee Seon-gyu reste fidèle à lui même (comprenne qui pourra).

    Bref poursuivons sur cette pochette… Outre le CD glissé à la fin du livret, se trouve, à l'opposé du CD (donc au début du livret pour ceux qui auraient du mal à suivre), un papier format A3. Ce papier, un peu trop fragile à mon goût, une fois déplié fait apparaître au recto une photo représentant je ne sais trop quoi, de la lumière filtrant au travers des velux et poutres d'un entrepôt peut être ; bref une image pas forcément très parlante. Au verso de ce papier, se trouvent simplement les paroles de l'album mais passons maintenant à la partie musicale…


    J'attendais donc beaucoup de cet album, et ce que j'aimais particulièrement chez Jaurim était le coté rythmé se retrouvant majoritairement dans leurs précédents albums aussi, à ma première écoute de ce "quatrième" album j'ai été un peu surpris voire déçu... Heureusement, je ne me suis pas arrêté à cette première écoute et maintenant je dois reconnaître que les chansons de cet album sont toutes vraiment très bonnes ! 

   Le style Jaurim semble avoir évolué depuis le troisième album mais on reconnaît tout de même largement l'emprunte du groupe. Majoritairement rock, mais sur une note généralement plus "mélancolique" que dans les précédents albums. Certaines chansons on pourtant un rythme plutôt entraînant mais on ressent souvent une certaine tristesse dans les chansons de cet album. C’est bien sûr un thème important pour le groupe et en particulier pour Kim Yuna qui s’inspire souvent de ce qu’elle ressent pour écrire ses chansons. N’allez pas pour autant penser que cet album va vous donner des envies de suicide. La totalité des chansons sont superbe et bien interprété et il serait dommage de passer à coté.

 
1. #1 (4:28)

    La première chanson de l'album est une chanson entièrement en anglais dont les paroles sont, je pense, représentative de l'état d'esprit de cet album, à savoir des interrogations, des réflexions ou des observations… "I don't know who my friends are, who my enemies are" pour ne citer que ce passage. En fait, c’est un sentiment de solitude et de désillusion qui se dégage de cette chanson, un peu comme lorsqu'on ne sais plus où l'on en est. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, la progression musicale du titre rend cette piste entraînante. Quoi qu'il en soit, cette chanson, tant sur un point musical que vocal ou même au niveau de l’écriture des paroles, est une vraie réussite. - Lyrics




2. Please pray for us (우리를위해기도해 주세요 / Urileul wihae gidohae juseyo) (4:20)

    Plus lent, ce titre est aussi moins rock et finalement plus mélancolique. Kim Yuna nous montre encore son talent tant dans le chant que dans la composition de la chanson en elle-même. Le piano s'intègre parfaitement au titre et contribue avec la voix de Yuna à véhiculer beaucoup d’émotions.


3. HEY GUYZ (4:02)

    Ce titre, plutôt jazzy, est une preuve de plus de la variété de Jaurim dans leur musique et dans leur style.  C’est aussi une nouvelle démonstration de l’immense talent de Kim Yuna qui sait remarquablement adapter sa voix en fonction du style de chansons. Hey guyz est entraînante, agréable à écouter et contrebalance la mélancolie d’autres chansons. "Hey guys, wash your hand from the hell you call a life."




4. VLAD (2:10)

    Résolument rock, ce titre est entraînant et donne envie de bouger. Son seul véritable défaut est d'être un poil trop court.




5. Good Morning (4:50)

    Retour à une chanson qu'on ne peut décrire comme joyeuse... La mélodie évolue peu à peu en intensité et ce, tout au long de la chanson.


6.Velvet sorrow (벨벳소로우) (4:07)

    Là encore on ne peut pas dire que cette chanson soit "joyeuse"… Plutôt lente, surtout dans ses paroles, le fond musical s'intensifie à la moitié de la chanson avec l'arrivé de la batterie. L'ensemble donne une chanson assez sombre à laquelle se mêle une sorte de colère triste. Cette tristesse semble d'ailleurs un peu ressentie comme une fatalité à moitié acceptée à en écouter la mélodie des paroles (ce qui finalement est ce qui se dégage de beaucoup de titre).


7. I'm my fan (팬이야 / Faniya) (4:35)

    Premier single de l'album, cette chanson est une véritable réussite. Mêlant paroles en coréen et en anglais sur un rythme enthousiaste, Jaurim signe ici un titre entraînant mettant en avant toutes les qualités de ce groupe : La voix de Kim Yuna est une fois de plus superbe et bien exploitée, la musique est bien étudiée et bien rythmée, elle ne lasse pas et n'est pas répétitive. De plus, cette chanson est en quelque sorte un message d’espoir voulant dire qu’il faut être son propre "fan", qu'il faut s'aimer tel qu'on est. Bref, qu'il faut avoir confiance en soit.





8. Le chat magique (르샤마지끄) (2:18)

    Oui, vous ne rêvez pas le titre est bien en français… En effet, bien qu'écrit en hangul sur la pochette du CD, phonétiquement ce titre est bien "Le chat magique". Il y a par ailleurs quelques paroles en français dans la chanson… L'ambiance de cette chanson est assez étrange ; la musique et les tonalités prises par la voix de Kim Yuna donne l'impression d'une histoire que l'ont raconterait à un enfant. Dans l'ensemble la chanson est plutôt entraînante même si elle n'est pas spécialement speed et le titre est dans tous les cas, assez original voir spéciale par certain coté (après comme pour tout ce qui sort de l’ordinaire, on aime ou on n’aime pas).


9. Crime squad (수사반장 / Soosabanjang) (3:16)

    On retrouve un son rock avec cette chanson écrite et chantée par Lee Seon-gyu (à noté que Soosabanjang est une série policière qu'il aime beaucoup, je ne sais pas si cette chanson est ici une reprise du générique ou si la série n’est qu’un source d’inspiration). Une fois de plus ce n'est pas monotone et on se laisse prendre par le rythme du titre.


10. Only one (5:09)

    Second titre de l'album entièrement écrit en anglais. Kim Yoon-ah utilise ici un timbre de voix nous laissant imaginer la chanteuse coréenne au bord des larmes au début de cette chanson ayant pour thème la solitude.


11. Miss the hometown (望鄕 / 망양/ Mang-hyang) (3:42)

    Mang-hyang est un titre paradoxal, à la fois lent mais bien rythmé, à la fois triste et entraînant. On sent monter tour à tour tristesse, espoir et désespoir… Ce titre, est un chef d'oeuvre, aussi bien travaillé musicalement que vocalement (la performance vocale de Yuna est une fois de plus impressionnante).




12. Song of silence (無言歌) (3:13)

    On retourne dans un registre un peu moins rock avec un piano et une chanson plutôt calme comme pouvait le laisser deviner le titre. Cette piste est donc assez reposante et l'on se laisse facilement bercer par la mélodie.


☜*11*☞ (4:43)

    Dernier titre de l'album, cette piste (la 18ème) n'est pas complètement cachée puisque les paroles de la chanson sont à la suite des autres (bien qu'écrit un peu à l'écart et en gris). Apparemment cette chanson vise à remercier les joueurs de la coupe du monde et à leur dire qu'il n'y a finalement ni gagnant ni perdant. Quoiqu'il en soit, cette chanson est le genre de chanson entraînante qui vous donne envie de faire de grandes choses. Cette chanson est pleine d'espoir il me semble et cela clôture assez bien cet album.

 

    En conclusion, cet album est constitué de 13 pistes pour un peu plus de 50 minutes d'écoute. Comme je l’ai déjà dit, le coté mélancolique est très présent dans l’album mais ce n’est pas un album triste. Le dosage est parfait et l’album est bourré d’excellentes chansons.


- Plus d'info sur Jaurim -

Publié dans [Corée] Musiques

Commenter cet article

Gilles 14/06/2008 20:58

Ha! Ce quatrième album. Je ne dirais pas que c'est mon préféré mais il est fait remonter plein de sensation à l'écoute de ces chansons. Déjà, j'ai connu Jaurim par sa chanson I'm my fan, qui m'avait bien plus, surtout qu'elle reprend le style d'Alanis Morissette, qui passe vraiment très bien. J'avais écouté peu de temps après Hahaha Song, et je me rappelle avoir mis du temps avant de vraiment me convaincre qu'il s'agissait du même groupe :DEt pis, quand j'ai pu découvrir l'album entier, je suis resté scotché sur la première chanson, qui me fout des frissons à chaque fois que je l'écoute. Vlad est aussi l'une de mes chansons de Jaurim préférées, surtout quand on la voit en live (Yuna ne chante pas directement dans le micro mais dans un mégaphone). Elle est peut-être un peu courte, mais c'est ce qui la rend tant désirable.

Daegann 15/06/2008 23:45


Perso j'ai découvert Jaurim par Miss Korea. Et après avoir écouter quelques autres chansons du groupe, j'ai commandé deux de leur album sans conaitre trop le groupe encore. Dès les premieres écoute
de ces albums j'ai accorché et commander les deux albums et le live que je n'avais pas acheté. Deux mois plus tard sortait ce quatrième album... ^^

Pour #1 on est assez d'accord. Sur Vlad également (quand je dis qu'elle est trop courte ce n'est pas une critique mais plutôt un compliment). Pour le parlophone, on peut notament voir ça dans la
dernière vidéo de l'article (le live de Mang-hyang, y a Vlad juste derrière).

- Daegann -