Dokdo / Takeshima / Liancourt Rocks

Publié le par Daegann

  Ces îles sont actuellement au centre d'une quasi crise diplomatique entre la Corée du Sud et le Japon. Cet article va tenter de mettre à la lumière quel est l'origine et les raisons de ce "conflit".

 

  Dokdo est composé d'une trentaine de petites îles et est situé à 87.4 km d'Uleungdo (Corée du Sud) et à 157.5 k, d'Oki (Japon) dans la mer de l'Est / mer du Japon (mer, qui fait aussi l'objet de dispute entre les deux pays. Le Japon ayant renommé la mer durant l'occupation, officiellement de nos jour les deux appellations sont  utilisé même si beaucoup continue d'appeler cette mer uniquement mer du Japon. Des propositions ont été faites pour trouver un compromis, comme "mer oriental" mais ceux qui utilisent ces noms sont une minorité). Dokdo donc apparaît pour la première fois dans l'histoire de la dynastie "Shilla" (Corée) en 512 avant J.C. sous le nom de "Usankuk". Le nom "Liancourt Rocks" vient de marins Français et à été baptisé ainsi en 1849. L'île à eu bien d'autre nom en anglais mais "Liancourt Rocks" était le plus utilisé. Les Coréens, eux, on commencé à appeler ces îles "Dokdo" en 1881. "Dokdo" signifiant "Lonely Island" ou "Rock island" suivant les caractères utilisé en hanja.  Et c'est en 1905 que le nom japonais devient "Takeshima".


Du coté Japonais :

  Dans son histoire, Dok-do à toujours été une île Coréenne, d'ailleurs en 1896, un texte du ministre des affaires étrangères japonais reconnaît Dokdo comme faisant partie du territoire Coréen. C'est en tout cas en 1905 que le Japon proclama que Takeshima, une île neutre, faisait désormais partie du territoire Japonais et rattaché à la province de Shimane. (Pour la petite histoire, un pécheur japonais avait voulu demander en 1904 d'avoir l'exclusivité de la pêche autours de l'île. il pensait que lîle était Coréenne alors il avait voulu demander l'autorisation aux Coréens mais il avait été découragé par les autorités japonaise de faire cette demande). Puis il y eu la colonisation de la Corée par le Japon, l'île devient alors japonaise au même titre que le reste de la Corée...
  Apres la défaite du Japon, les forces américaines devaient redessiné les frontières. le premier rapport avait établis que les zone disputé par le japon et la Corée (Ulleung-do, Dok-do et Cheju-do) étaient exclue de l'autorité administrative japonaise. Il était toutefois indiqué que cette décision ne devait être interprété comme une indication de la décision finale sur la souveraineté qui serait contenu dans le futur traité de paix. (Cela dit, aucune decision n'annule le document SCAPIN 677 qui exclue explicitement Ulleung-do, Dokdo et Cheju-do du contrôle japonais). Le problème, c'est que le traité de paix de 1952 détermine Uleung-do et Cheju-do comme Coréen, Tsushima comme Japonais mais le sort de Dok-do n'est pas scellé... Et le conflit réside de cette période. En effet, le Japon s'appuis sur l'omission de Dokdo pour prétendre à la territorialité des îlots. Pourtant une interpretation correcte du traité serait de considérer Cheju, Tsushima et Ulleung-do comme des exemples et non comme une liste exausthive au vu du nombre de petites îles entourant la Corée.
  En 1966,  le ministre japonais des affaires étrangère a produit une étude pour prouver que Dok-do devait être Japonais. Dans cette étude (Takeshima no rekishi chirigakuteki kenkyu (Une étude historique et géographique de Takeshima), il prétendait notamment que l'île appelé Dokdo dont faisaient référence les documents de la dynastie Choson entre 1392 et 1910 n'existait pas. Il établissait aussi que l'île n'est pas visible depuis Ullungdo et que les Coréens ne savant pas naviguer jusque cette île, ils ne pouvaient l'avoir découverte. En accord avec cette étude, les Coréens ne connaissaient donc pas l'existence de cette île et la déclaration japonaise de 1905 était donc légitime. De plus le Japon considérait que les précédentes décisions concernant Dokdo avaient été rendu nul par le traité de paix. Le Japon s'appuit aussi sur un décret de 1995 ratachant Dokdo à la province de Shimane en appliquant la doctrine d'occupation du droit international. Cette doctrine autorise le rattachement d'un territoire "neutre" (terra nullius), cependant ce principe de terre neutre implique que le territoire n'était rataché à aucun autre pays (ce qui n'était pas le cas pour Dok-do). Depuis ce jour, Takeshima est dans les registres japonais comme faisant partie de la province de Shimane. Le gouvernement japonais à aussi autorisé les japonais à se déclarer résident de ces îles (environs 20 000 Japonais sont declaré resident de ces iles, même s'il n'y ont jamais mit les pieds.).


Du coté Coréen :

  Les Coréens, eux commencent à parler de Dokdo dans des documents datant de 512 avant J.C. Plusieurs autres documents et cartes rédigées dans les siècles suivant montre Dokdo à son emplacement actuel. Certains documents montrant dokdo ont également été diffusé au Japon. Ainsi par exemple la Teikoku Encyclopedia continue même de publier en 1905 que Dokdo est Coréen, et ce 6 mois après que les îlots aient été incorporé à la province de Shimane. Dans les années 1923 et 1930 des manuels scolaires et la marine Japonaise mentionnent Dok-do comme faisant partie de l'ancien territoire Coréen.
  Pour les Coréens, les Japonais sont donc pleinement conscient que les îlots sont historiquement Coréens, ils sont donc de mauvaise fois. De plus la décision originelle du Japon d'inclure Dokdo comme faisant partie de leur territoire n'est pas légitime. En effet, le Japon disaient les avoir rattaché à Shimane en tant qu'îles neutres (c'est-à-dire ne faisant partie d'aucun territoire) alors qu'ils connaissaient l'appartenance de ces îles. De plus cela intervient au moment où le gouvernement Coréen ne peut protesté  car très affaibli par le "Eulsa Agreement" qui fait de la Corée un protectorat Japonais. (N'oublions pas cela dit que ce "traité" à reçut l'apposition du sceau du ministre des affaires étrangère coréen... même si c'est l'armée japonaise qui est entré de force au ministère pour prendre ce sceau et l'apposer... rolleyes.gif) Les Coréens prétendent aussi ne pas avoir eu connaissance de la décision japonaise concernant l'île avant 1906 et seulement indirectement. Et a ce moment les officiels tout comme la population ont considéré que c'était une atteinte à la souveraineté du pays. Mais à cette époque le gouvernement Coréen ne pouvait déjà plus se faire entendre. Le site Japonais des affaires étrangères dit qu'il n'était pas nécessaire d'informer les autres pays de cette acquisition. Ce qui contraste beaucoup de l'acquisition d'Ogasawa dans le pacifique où les japonais ont contacté les anglais et américain plusieurs fois et prévenu indirectement une douzaine de pays européen. De plus, pour les Coréens, si les Japonais pensent que l'acquisition de 1905 est légitime, alors le Japon devrait en suivant la même logique prétendre à la souveraineté de l'ensemble de la péninsule Coréenne et des territoires envahis avant la seconde guerre mondiale.
  Les Coréens se basent aussi sur les décisions des forces allié avant la signature du traité de paix qui ont mentionné à au moins trois reprises que Dokdo était exclue du control japonais et dont certaines décision n'ont été annulé par aucun document d'après guerre. Ils ont également montré que l'étude mené en 1966 est sans fondement. La photo suivante montre d'ailleurs que Dokdo est bien visible depuis Ullungdo.

 


Le conflit depuis 1952

  Depuis le traité de paix signé en 1952, Dok-do est donc disputé teritorialement ce qui à créé divers conflit au cours du demi-siècle dernier. Ainsi, entre 1953, des patrouilles de gardes côtes Japonais tentaient et parfois réussissait à accoster à Dokdo. Des gardes côtes Coréen furent donc envoyés à Dokdo mais en Juin 53 deux navires Japonais ont reconduis 6 gardes Coréens à leur base et les japonais ont érigé un marqueur japonais sur l'île. Lee Seung-man (aka Syngman Rhee) alors président-général en Corée du Sud ne réagit pas immédiatement car occupé par la fin de la guerre de Corée. Mais il n'oublie pas et un an plus tard il envoi une lettre au chef de la police de la province de Kyongsang et lui promet un chargement de mortier pour les gardes côtes de Dokdo qui pourrait être utiliser pour effrayer les navires japonais. En recevant ces armes, le chef de la police change les ordres de ces gardes côtes il ne les autorisent pas à "effrayer" les Japonais mais à les "couler". En 54 trois navires japonais arrivent pour faire leur démonstration de force et se retrouvent ainsi sous le feu des mortiers Coréen, l'un des navire est coulé les autres repartent en flammes. Comme on s'en doute cela a créé une crise diplomatique et le japon à même discuté plusieurs fois de créer une force armée pour "libérer" Takeshima des Coréens. Quoi qu'il en soit, cet incident n'a fait qu'accentuer les contestations. Depuis, des gardes côtes Coréens sont stationné sur cette île et quelques bâtiments ainsi qu'un héliport y ont été construit. L'incident à aussi certainement ralentit les efforts de rapprochements pour normaliser les relations entre le japon et la Corée.
  Le traité normalisant ces relations en 1965 n'a jamais été très populaire en Corée. Le Japon n'a jamais eu à s'excuser pour son passé colonial ou ses actions contre la Corée et de nombreuses questions ont été évitées comme les indemnisations aux "femmes de réconfort" ou bien encore la territorialité de Dokdo...
  Le conflit de territorialité est ressortit lorsqu'en 1996 le premier ministre japonais à publiquement réaffirmé que les îlots appartenaient au Japon après que la Corée ai entrepris de construire un quai là-bas. D'autres officiel Japonais en ont également parler pour flatter l'influente extrême droite Japonaise. Le ministre de la défense Coréen avait décidé d'annuler une série d'exercices militaire près de Dokdo pour prévenir tout friction diplomatique mais a changé d'avis suite au discours du premier ministre japonais. Un peu plus tard les forces d'autodéfense Japonaises effectuait des exercices dans la même mer en s'entraînant à la "reprise d'une île". Ils ont plus tard renommé leurs exercices "exercice de débarquement" pour évité une trop grosse réactions des Coréen. Mais l'objectif de ces exercices ne faisait aucun doute.
  En 2002, des manuels révisionnistes ont été adoptés au japon. Ces manuels très contestés en Asie, apprennent aux étudiants japonais une version idéalisée de l'empire en leur disant par exemple que c'est la chine qui est à l'origine de la guerre entre leur deux pays, que le japon à colonisé la Corée et d'autres pays pour leur bien (disant même que la guerre a été une bonne chose pour ces pays), passant sous silence les travailleurs forcés, les femmes de réconfort, ces esclaves sexuel obligé de se prostitué aux troupe Japonaise (entre 30 000 et 300 000 femmes, à 90% Coréenne selon les estimations). Bien sur Dokdo apparaît dans ces manuels comme Japonais et ne fait même pas état du fait qu'il s'agit d'îlots contesté, ou bien ils disent que les ils sont illegalement ocupé par les coréens.
  Plus récemment, comme je le fais remarquer au début de l'article, Dokdo est de nouveau au centre des querelles Corée/Japon. En effet, la province de Takeshima a voté un jour spécial "Takeshima" du nom japonais de l'île. Cela à bien sur été suivi de nombreux discours de part et d'autre de la mer de l'est/mer du japon proclamant l'appartenance de l'île à leur pays.

  Bref, la question créé beaucoup de tension ces jours-ci et on est apparemment pas près de voir un changement de situation. Dokdo restera encore probablement une zone contestée par les deux pays pendant quelques années au minimum...

Publié dans [Corée] Géopolitique

Commenter cet article

Xav 05/01/2011 21:43



Bonjour. Merci Daegan pour cet article.


Peut-on avoir la(les) source(s) de ces informations ?


Bonne continuation.



Thierry 29/05/2009 17:59

Pas très objectif je trouve. Plutôt que de se battre pour un bout de cailloux se serait bien si ces deux pays faisaient la paix.L'Allemagne et la France ont eu une Hitoire similaire. Et pourtant elles sont devenues des partenaires et la force de l'UE. En plus la Corée et le Japon ont des cultures extrêmement proches et elles gagneraient en indépendance vis à vis des Etats Unis si elles se raprochaient. Et puis des histoires de colonisations on en a tous connus dans notre Histoire française et dans le monde. Ruminer sans cesse le passé est stérile. Le Japon comme la Corée ont des attitudes immatures et c'est pas comme ça qu'il réussiront à survivre face à la Chine qui pense retrouver sa place de pays central dans cette zone.Rappelez-vous ce que ça avait donné...En parlant d'union et de coopération "intelligente" il serait même préférable que la Corée, le Japon et la Chine forment un partenariat et cessent des disputes qui n'ont de réelle origine que l' Orgueil.Regardez à quoi cela conduit au Proche-Orient...

Daegann 30/05/2009 09:45


Ah le parallèle entre la France et l'Allemagne... :)
Sans entrer dans les détails, entre la France et l'Allemagne, le gros différent vient de deux guerres et d'une occupation de 5 ans. Le réchauffement vient d'un changement radicale de politique en
Allemagne et d'une volonté des dirigeants et de la population allemande de se faire pardonné.
Retours en Corée. L'animosité vient d'une dizaine d'année d'occupation et de 35 ans de colonisation (nottons une subtil différence). Et après la libération de la Corée il n'y a pas pus avoir de
réconciliation forte car il c'est passé l'inverse de l'allemagne : les USA ont laissé l'empereur en place les dirigeant japonais sont resté dans l'extrème droite, n'ont jamais eu aucune volonté
forte de s'excusé (en partie parce qu'ils estiment que la colonisation japonaise à fait plus de bien que de mal) et à des fins de politique intérieur, le Japon continue de provoquer des disputes
(en l'occurence il est question de Dokdo dans cet article mais c'est loin d'être le seul point de provocation du Japon que ce soit envers la Corée ou la Chine).
Autre point, parler de Nazisme et de son idéologie est devenu presque tabou en europe et avancer de tel idée est un suicide politique. Au japon l'impérialisme est loin d'être tabou et au contraire
les hommes politiques ont tendance a faire en sorte qu'une base de la population idéalisent l'empire japonaise du début du XXème siècle...

Le reste de ce que tu dis n'est pas faux, si la Corée et le Japon étaient devenue aussi proche que la France et l'Allemagne ça aurait été bénéfique pour les deux pays (plus pour la Corée a priori,
l'intérêt pour le Japon est plus limité). Mais avec des "si"...

C'est vrai aussi que les histoires de colonisation la plupars des pays en ont connu, la france y compris mais... ça remonte à quand ? La colonisation japonaise a été très dure et il reste des
personnes qui l'ont connus, qui ont été victime (personnellement ou leur proche) de certains sévices. Ca veux pas dire qu'ils ne devraient pas tournrer la page mais s'ils ont du mal, faut les
comprendre. Ce contenter de dire que tout les pays ont connus la colonisation c'est juste une banalité qui ne veux rien dire.

Après, parler d'attitudes immatures c'est encore une fois avoir une vision limité de la situation qui est beaucoup plus complexe que ça. C'est comme dire "si tout le monde faisait preuve de bonne
volonté personne ne ferait la guerre, le monde serait beau". La nature humaine et la politique étant ce qu'elle est on trouve des explications dans beaucoup de chose. Comme je l'ai dis, il y a des
raisons pour lesquel les coréens ou les chinois entretiennent une animosité envers le Japon et en plus de ces raisons, s'ajoutent des raisons politiques. Pareil au Japon. S'il continuent de
provoquer ses voisins, c'est parce qu'en politique intérieur, le gouvernement à besoin de garder un certain degré de xenophobie pour conserver sa base éléctorale. Et on le voit d'autant plus
clairement ces derniers temps que depuis le départ de Koizumi, les relations entre la Corée et le Japon sont plutôt bonne, nottament parce que là où Koizumi avait pris l'habitude de provoquer la
Corée du Sud et la Chine, ses successeurs peuvent se contenter de parler de la situation en Corée du Nord. Mais même s'il y a moins de provocation et de tension, la situation n'est pas réglé
puisqu'on évite juste de parler d'un coté comme de l'autre de ce qui fache (nottament Dokdo...)

Ah et tu parles de disputes ayant pour origine l'orgueil en enchaine sur "regarder à quoi cela conduit au Proche-Orient". En fait là bas le contexte est encore carrément different et il ne s'agit
pas du tout d'orgeuil mais de religion.

Et pour finir sur Dokdo. Dire que c'est un bout de caillou et qu'ils devraient laisser tomber, c'est encore une vision utopique parce que ce n'est juste pas possible, et pas juste a cause de fierté
mal placé (et même s'il y avait juste ça, c'est facile quand on est exterieur de dire mettre sa fierté de coté) mais aussi à cause des ressources que la territorialité de Dokdo implique, de son
intérêt politique, etc.

Alors encore une fois, oui, SI le Japon et la Corée s'entendaient, s'il décidaient de faire de Dokdo une zone possédé mutuellement par les deux pays en signe d'amitié, ce serait beau. Mais il y a
tellement de chose qui seraient plus belle sur ce monde avec des "SI" et pas d'autres conséquences...

- Daegann -


VM 19/07/2008 11:00

Article vraiment tres interessant, juste (c'est dommage) entache de quelques petites fautes d'orthographe. Sinon une petite remarque / question : vous publiez une photo des ilots Liancourt depuis Ullungdo. Je suis  un peu etonne, les ilots se trouvent quand meme je crois a 87 kms, je ne conteste pas qu'ils puissent etre visibles par temps clair, mais je suis etonne de la nettete de la photopresentee. VM (depuis Kyoto)

hawk2 11/07/2008 15:25

Ces îlots sont hors de polémique et ne sont pas à négocier. Ces îles sont bien coréennes.Si le japon persiste dans cette voie elle serait principalement responsable de la détérioration des relations entre Séoul et Tokyo.Je comprend tout à fait le ressentiment des coréens.

Ahn Ji-hyun 24/04/2008 16:47

Wow! Vous commaissez bcp d'informations exactes.Notre pays a possède cles documents historiques que "Dok-do" est une terre de Corée.Malgré cela, le Japon prétend sans scrupule que "Dok-do"est une terre du Japon.Je suis triste et en colère quand je vois des cartes que marquent "Takeshima" et non "Dok-do".(Le Japon a crée ce carte.) J'espére que beaucoup de pays, et bcp de persommes lirons ce texte sur notre blog.