Seo Tai-ji (서태지) - Légende vivante de la musique moderne en Corée

Publié le par Daegann

    Seo Tai-ji... Comment introduire un tel génie musicale, une légende vivante dans son pays qui, quasiment à lui seul, à rendu populaire tout les styles de musique moderne en Corée de la dance au métal en passant par le hip hop... Sa popularité en Corée du Sud est souvent comparée à celle de Michael Jackson dans les années 80 et ce à juste titre.

    J'ai longtemps attendu avant d'écrire cet article (trop de chose à écrire...) mais il est temps que je corrige ça et que je présente l'un de mes artistes favoris.


Début dans la musique

    Seo Tai-ji (서태지), Jeong Hyeon-Cheol (정현철) de son vrai nom, né en février 1972, est passionné très jeune par la musique. Dès l'age de 14 ans il joue dans plusieurs groupes de rock amateurs et apprend à jouer de plusieurs instruments. En 89, il est recruté par le groupe de heavy metal Sinawe en tant que bassiste, il n'a alors que 17 ans. C'est à cette période que Seo Tai-ji abandonne l'école qu'il juge inutile.


Seo Tai-ji and Boys (서태지와 아이들)

    Après la séparation de Sinawe en 91, Seo Taiji forme un groupe dance avec Lee Ju-no et Yang Hyeon-seok (qui montera plus tard sa maison de disque. Le YG de YG Entertainement, c'est lui). Déjà à cet époque Seo Tai-ji produit, écrit, compose et mix lui-même toutes ses chansons en plus d'enregistrer lui-même la plupart des instruments... Le premier album sort en 1992 et malgré les critiques d'un marché peu habitué à la musique moderne, l'album rencontre un incroyable succès. La chanson phare de l'album, Nan arayo (난 아라요), fait un véritable carton auprès des jeunes. En effet, c'est le premier groupe mélangeant une danse dynamique à des chansons aux styles urbains. Car si le groupe à des influences dance, il mélange et introduit également des morceaux de hip hop ou des riffs issue du métal. C'est une révolution en Corée et tous les jeunes adhèrent, cet album ainsi que le suivant se vendront à plus d'un million d'exemplaire.

    Loin de se contenter de cette première révolution, Seo Tai-ji remix lui-même son album et sort l'album "Live & Techno Mix". Personne n'avait osé faire ce genre de chose avant lui en Corée. Cet album comporte donc des remix techno de ses chansons mais également l'ajout dans certains titres d'instruments traditionnels coréen. (comme dans Hwansangsoge keudae (환상속의 그대) où l'on peut entendre du Samul nori) Là aussi c'est la première fois qu'on utilise des éléments de musique traditionnel dans de la musique moderne...

    En 93 sort le second album du groupe. La chanson phare Hayuga (하여가) mélange dance, hard rock et hip hop avec également l'utilisation d'un autre instrument de musique traditionnel. Un mélange étonnant et osé qui est une nouvelle fois une parfaite réussite. Seo Tai-ji est un maître dans l'art de mélanger les genres et d'autres chansons de l'album confirment cela. On trouve aussi une ballade, une chanson aux rythmes techno ou un mélange de pop dance jazzy...

    En 94 le troisième album du groupe essuies beaucoup de critique, notamment de la part des politiques. Il est accusé de pervertir la jeunesse et on parle même de message satanique dans ces chansons... En fait dans cet album, les influences dance s'effacent pour laisser la place au hard rock. Cet album est aussi marqué par des chansons engagées. C'est notamment le cas de Gyosil Idea (교실 이데아) interprété avec le groupe de black métal Crash, qui critique durement le système éducatif coréen. On retrouve également sur l'album la chanson Dream of Balhae (que j'aime beaucoup et la partie instrumental est excellente) où Seo Tai-ji parle de paix et d'une Corée unifié. On notera moins de mélange de genre dans cet album qui garde quand même une grande originalité.

    Les critiques continuent avec la sortie du 4ème album en 1995. Shidaeyugam (시대유감) est censuré à cause de ses textes tandis que Come Back Home fait l'objet de critiques en introduisant des éléments de gangsta rap. Cette chanson incite pourtant plusieurs fugueurs à rentrer chez eux et la popularité du chanteur auprès des jeunes ne faibli pas, bien au contraire. L'album contient encore des titres à succès que ce soit dans un style rock (avec même une chanson punk rock), hip hop ou plus calme.

    Et c'est lors d'une conférence de presse en 1996 qu'on apprend la dissolution du groupe. Seo Tai-ji explique alors que la créativité devient trop pesante, qu'il a besoin de repos et qu'il préfère arrêter au sommet de sa gloire. Quoi qu'il en soit, Seo Tai-ji quitte tout de suite la Corée pour le Japon avant de rejoindre la Californie un peu plus tard.


Premier come-back

    Après 96 Seo Tai-ji quitte donc la Corée. Deux ans plus tard sort pourtant un album solo. Tai-ji ne viendra pas en Corée et ne fera aucune promotion pour cet album qui passe donc relativement inaperçu (même s'il arrive vite à épuisement des stocks). Son style est plus uniforme mais toujours original, avec des chansons rock (c'est la série des chansons Take #). Il monte également sa boite de production (Seotaiji Company) qui produit des groupes comme Pia ou Nell.

    Et c'est en 2000 que son comeback est annoncé. Des milliers de fans l'accueil à l'aéroport et son nouvel album aux influences néo métal (Ultraman, Internet War, Orange, Feel the soul) fait un carton. Il donne une série de concert dans tout le pays avec ses nouveaux musiciens : Top, Rock, Monkey et Heff. Son succès est tel que des groupes se forment devant les écrans géants des grandes avenues de Séoul pour assisté à la retransmission d'un concert. Un DVD et un album live seront tirés de cette tournée (mon premier album coréen, nostalgie).

    Dans la ligné de sa tournée, le chanteur coréen organise le premier ETP Fest (Eerie Taiji People Festival) en 2001. La volonté de Seo Tai-ji est d'organiser l'un des plus grand festival international de rock au monde. Un peu ambitieux certes mais cela permettra au moins de voir éclore plusieurs festival de Rock en Corée du Sud (Ssamzie Sound Festival, Incheon Pentaport Rock Festival, etc). Le ETP Fest revient en 2002 avec des groupes sud-coréen (Pia, Nell, Diablo, YG Family, etc), Japonais (hide, 45RPM,etc) et américain (Tommy Lee).

    Sort ensuite le 7ème album de Seo Tai-ji qui est une fois de plus un succès (450 000 albums vendu) dans un marché où il est de plus en plus difficile de vendre plus de 100 000 albums... Ce nouvel album est toujours rock mais le style est à nouveau complètement différent des précédents albums. Les titres phares sont Live Wire et Robot. A la sortie de cet album il organise de nombreux concert : le Zéro Tour et va même jusque Vladivostok en Russie. Il organise aussi des concerts avec ses amis de Korn et Fear Factory qu'il invite en Corée (ainsi que Nell et Pia mais eux ils sont déjà là). Enfin, n'ayant pu organisé d'ETP Fest en 2003, il en organise un en août 2004. C'est en fait plus un grand concert qu'un véritable festival et Seo Tai-ji y jouera des chansons inédites mais il annonce aussi que ce ETP Fest marque une nouvelle pause dans sa carrière musical.


Second Come-back

    Après le ETP Fest 04, Seo Taiji part voyager. Principalement là où il ne risque pas de tomber sur des coréens. Durant son voyage, il visite l'île de paques, qui lui inspire de nouvelles chansons. Il met ensuite deux ans à travailler sur un nouvel album. Fin 2007, un coffret en édition limité sort avec la discographie complète du chanteur. Epuisé en quelques minutes, un tirage supplémentaire aura lieu.

    Fin juillet 2008 il sort un mini album : Atomos Part Moai, premier volet d'un projet qui en comporte 3. Il donne également plusieurs concert et organise le retour du ETP Fest avec la participation de nom tel que Marylin Manson, Crying Nut, Pia, etc. Un second mini album devrait bientôt sortir suivit par un album complet.


Discographie :

- Seo Tai-ji and boys I (92)
- Live & Techno mix (92)
- Seo Tai-ji and boys II (93)
- '93 Live Concert (94)
- Seo Tai-ji and boys III (94)
- Seo Tai-ji and boys IV (95)
- Good bye best album (96)

- Seo Tai-ji Vol. 5 (98)
- 6th album (00)
- Live album (01)
- Live album DVD (01)
- 6th album re-recording & ETP Fest (03) + VCD du ETP Fest 02
- 7th Issue (04)
- Zero Tour live (04)
- Record of the 7th DVD (05)
- Atomos part Moai (08)


Articles lié :

- ETP Fest 04
- Live Wire
- Seo Tai-ji Record of the Seven
- 15ème anniversaire
- Atomos Part Moai



VIDEO
(certaines chansons ont un peu vieilli mais dans l'ensemble ça reste du bon. Ecoutez un peu de tout pour voir qu'il ne se cantone pas a un style unique)

Revue rapide de la carrière de Seo Tai-ji de 92 à son retour en 2000 (voir la fin en particulier)


Le premier plateau télé de Seo Tai-ji and boys en 92. Noté par des proffessionels, il obtiens la plus mauvaise note. Pourtant c'est le début de la kpop... (soyez indulgent sur le look et la choré, ça a plus de 15 ans...)


Hwansangsoge keudae (92)


Hayuga MV (93)


Hayuga (live 2001)


Gyosil Idea (live 95 avec Crash)


Gyosil Idea (Remix 07)


Dream of Balhae (94 - j'adore cette chanson)


Come Back Home (95)


Come Back Home (live 2001 nu metal version)


1996 when they ruled the world (live 2004)


Take Five (98)


Take Two (98)


Take Three (98)


Take Six (Live 2001)


Ultramania (2000)


Internet War (2000)


Internet War (live in Vladivostock 2004)


Feel the soul (2000)


Live Wire (2004)


Robot (2004)


Heffy end (2004)


Watch out (2004)


Moai (2008)


Human Dream (MBC live 2008)


T'ik T'ak (ETP Fest 08 live)

Publié dans [Corée] Musiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 15/02/2011 17:36



Question : comment hide a-t-il pu être présent au ETP Fest de 2002 alors qu'il était décédé ? S'agissait-il plutôt de Spread Beaver, le groupe avec lequel il travaillait ? Ou de toute autre chose
? Des infos là-dessus m'intéresseraient, parce que le style de Seo Taiji me semble par moments assez influencé par X Japan ou le visual en général... mais difficile de trouver quoique ce soit sur
le sujet !



Koyangi 06/10/2008 19:52

Seo Taiji est le premier groupe coréen que j'ai connu quand j'ai revu ma famille la première fois en Corée. Mon frère coréen m'avait offert leur CD à mon départ car c'était son groupe favori à l'époque. J'en garde en tout cas un souvenir très ému !

L'aventure Continue 25/09/2008 22:41

Super complet cet article sur Seo Tai-Ji, tes articles sont vraiment excellent Daegann. Seo Tai-Ji est une légende vivante comme tu le dis très bien ! Je l'ai découvert il y a 5 ans maintenant, lorsque Hyun-Jung m'avait offert un de leur album ! Mon premier artiste musical coréen à cette époque (Boa ça compte pas :P). C'est tout simplement génial ! Merci pour cet article !

Gilles 25/09/2008 04:58

Interressant. Si tu as le temps un jour, ce serait pas mal de faire un petit article sur les styles vestimentaires de Seo Taiji. Chaque période est bien marquée par sa façon de se présenter, et ça se voit notamment sur son dernier album où on voit clairement que le mec s'est calmé. D'ailleurs, avec son nouveau style, on se dit qu'il doit vachement mieuxse balader dans la rue sans se faire remarquer :p

Daegann 25/09/2008 08:36


C'est vrai... Niveau coupe de cheveux aussi y a moyen... Entre la coupe chevelu de la période Sinawe, la coupe courte des débuts, la coupe avec bonnet de Come Back Home ou teinture rose de
Pilseung, rouge et tresse du comeback de 2000, puis en gros celle qu'il a ajourd'hui (avec meche blanche en 2004).

- Daegann -