Chamanisme coréen

Publié le par Daegann

  Tradition ancestrale, le chamanisme coréen est aujourd'hui encore un élément important de la culture coréenne. Ce n'est pas à proprement parler une religion. Il s'agit plus d'un ensemble de croyances et superstitions basé autours d'une Mudang (chamane) communiquant avec les esprits et effectuant entre autre, rites de guérison, prophétie et prédiction. Nous allons voir ici les particularités du chamanisme coréen, son histoire et son présent.


Particularité

  Le chamanisme coréen se structure autours de deux éléments principaux : La bonne et la mauvaise fortune prédit par une Mudang se faisant possédé par les esprits et les kut (rites / rituel). Ceux-ci sont des cérémonies parfois longues et complexes comportant souvent chant, musique et danse. Les Kut ont pour but de communiquer avec les esprits, d'apaiser les esprits dérangé ou offensé ou encore de faire partir un esprit malin ou inviter un esprit bienveillant à s'installer. Durant le Kut, la Mudang est généralement possédé successivement par différents esprits alors qu'elle est en transe. Son comportement peut être imprévisible et hors de toute mesure, elle en sort souvent épuisé et vidée. Les rites chamanes les plus communs sont le rite pour la paix et la prospérité du village, le rite pour le rétablissement d’une personne malade, et le rite pour le pays sur la demande d’un membre de la famille royale. Parmi ces rites, celui pour le village est souvent organisé avec l’ensemble des habitants du village et devient alors un festival régional. De nos jours encore, chaque année le cinquième jour du cinquième mois du calendrier lunaire se tient à Gangneung le rite du jour de Dano.

  Les esprits appelés par la mudang peuvent être de toutes sortes, des esprits de la nature, des ancêtres, des esprits protecteurs, parfois cela peut également être des personnages historiques. Selon les régions les mudangs possèdent des caractéristiques propres. Dans le sud la transmission du don de chamane se fait de mère à fille. Au nord et jusqu'à Séoul où de nombreuses mudang trouvèrent refuge pendant la guerre, les mudangs sont choisi par les esprits indépendamment de leur ascendance. Elles peuvent commencer à montrer des signes de possession dès l'age de 5 ans.


Histoire

  Le mot "shaman" est d'origine sibérienne et la base du chamanisme Coréen trouve sûrement son origine des pionniers de l'Altaï venu s'installer dans la péninsule à l'ère préhistorique. Le chamanisme coréen fit très tôt le saut vers le Japon où il se mua lentement en ce que nous connaissons sous le nom de "shinto" ou "shintoïsme".

  Le bouddhisme étant devenu religion d'Etat dans toute la péninsule coréenne au 6ème siècle, certaines pratiques chamanistes susceptibles d'heurter les bouddhistes (comme le sacrifice humain) furent supprimé durant les siècles suivant. En effet, le bouddhisme est de nature tolérante et il n'y eu aucune tentative pour rendre le chamanise hors-la-loi. Le chamanisme conserva donc une grande adhésion populaire.

  Le confucianisme, lui, est d'avantage un art de vivre et un code civil qu'une religion et il voyait d'un mauvais œil le chamanisme. Certaines théories disent cependant que si le confucianisme a réduit le chamanisme, il l'a aussi indirectement alimenté : A l'époque pré confucéenne, les Mudangs étaient des deux sexes. Quand le code confucéen donnant la prédominance aux hommes fut mise en place, les femmes se retrouvèrent au plus bas de l'échelle sociale. Elle avaient alors perdu tout espoir d'atteindre un statut social élevé et on leur refusa également de nombreux plaisir élémentaire, notamment le plaisir sexuel qui était devenu méprisé. On dit que la conséquence fut une frustration généralisée de la population féminine coréenne dont les manifestations les plus courantes sont appelées aujourd'hui névrose ou hystérie. Ces symptômes furent assimilés au fait que ces femmes étaient devenues sensibles au monde des esprits. Certaines devinrent donc des Mudangs "grace" à cela.

  Durant l'occupation japonaise, le chamanisme fut considéré comme une religion folklorique et il fut réprimé. Après la libération, le chamanisme continua son déclin à cause du flot de modernisme et d'occidentalisation. Pourtant aujourd’hui encore, à une époque où la Corée développe des technologies de pointe, les croyances chamaniques laissent une influence visible sur le quotidien des coréens.


Aujourd'hui

  Bien que le chamanisme se soit donc affaibli durant l'histoire, il reste important et lorsqu'un problème survient ou lorsqu'un événement important va être entreprit, les gens souhaitent encore souvent obtenir les interprétations des Mudangs. De nos jours on retrouve donc le chamanisme sous divers formes : rituels, maison de voyance, café de voyance, etc. Les meilleurs Mudang sont très fréquentés aussi bien par les gens ordinaires que par des célébrités. On trouve de nombreux Mudang à Miari dans le district de Seongbuk-gu à Séoul. Les jeunes générations on tendance à préférer les café de voyant se basant sur des éléments tel que la date de naissance. On en trouve beaucoup aussi à Sincheon, Apgujeong, Ehwa.

  Les cérémonies de rituels chamaniques sont enregistrées et préservées en tant que patrimoine intangible important. Les plus représentatifs sont la danse chamanistique des masques de Hahoe, il s’agit d’un rite dédié aux esprits protecteurs pour la paix et la prospérité du village, la cérémonie chamanistique de la mer de l’est (mer du Japon) pour l’abondance dans les villages et la prospérité des marins, et la cérémonie chamanistique de la mer du sud.

  De nos jours, statistiquement il n'y a plus que des Mudang femme et durant les Kut, elles continuent d'entrer en transe en dansant sur des lames aiguisées, ou en les pressant sur leur langues ou contre leurs seins, le tout sans se blesser le moins du monde. De nombreux Kut continue à être organisé ; c'est souvent le cas par exemple lorsque l'on déménage. On appel une Mudang pour qu'elle appel des esprits bienveillant à s'installer dans la nouvelle maison. C'est aussi le cas lorsqu'on va commencer le tournage d'un film ou la construction d'un immeuble. En définitive, bien qu'étant une tradition ancienne, le chamanisme est toujours présent et continue même de s'adapter à l'ère moderne. Il constitue dans tout les cas l'un des paradoxes Coréen entre une société technophile à la pointe des technologies de l'information et tout de même proche de ses traditions.

Publié dans [Corée] Culture

Commenter cet article