VANK attaqué par des internautes Japonais

Publié le par Daegann

 

   Le site internet du Voluntary Agency Network of Korea (VANK), une organisation non-gouvernementale qui promeut le pays, a été victime d’attaques d’internautes japonais. Ces attaques sont survenues après la décision de la société internet Google d’employer le terme de « mer de l’Est » au lieu de « mer du Japon ».
   Le site en anglais du VANK a dû être fermé, à cause d’une soudaine avalanche de commentaires rancuniers du style « la mer de l’Est est la mer du Japon ». La réplique de la péninsule n’a pas été longue. Les internautes sud-coréens ont aussitôt lancé une contre-attaque sur les sites japonais qui avaient ordonné la mise à sac du VANK, déclenchant une cyber-guerre entre les deux pays. 


Le VANK — un réseau de bénévoles de Corée

   Le VANK est un guide de voyage cybernétique sur la Corée. Il aide les personnes d’origine coréenne qui résident à l’étranger et les étrangers à mieux comprendre les Coréens et leur mentalité, en expliquant la culture et la langue coréennes. Surfant sur le boom des voyages et des études à l’étranger en 1999, plusieurs jeunes Coréens se sont présentés dans plusieurs bulletins de département asiatique d’universités internationales. Cherchant à se faire des amis, des échanges de langue ou juste communiquer, leurs articles ont cependant reçu un accueil très chaleureux et le site qui les répertoriait devient rapidement un site de rassemblement international. Et, c’est avec cet esprit d’amitié que les jeunes Coréens en sont venus à dissiper les malentendus que peuvent avoir les étrangers sur la Corée, mais également à faire du site un endroit cyber-diplomatique pour faire découvrir la Corée et pour promouvoir l’amitié entre les jeunes Coréens et ceux de tous les pays.

   Adresse internet du VANK http://www.prkorea.com


La force cybernétique

  Environ 70 % des membres du VANK sont des élèves du primaire, des collégiens et des lycéens. Aujourd’hui, l’organisation regroupe plus de 20 mille membres et ses cyber-activités ne cessent de prendre de l’ampleur et de s’étendre. L’une des missions des membres est de chercher les sites internet qui possèdent de mauvaises informations sur la Corée et d’inviter les auteurs à les corriger par le biais d’échanges de courriels. Le VANK a, en particulier, réussi à convaincre plus de 312 sites, dont ceux du National Geographic et de l’Atlas mondial, d’utiliser les termes de mer de l’Est et de l’île Dok.

Le VANK suggère à ses membres trois missions :
- Donner des informations sur la Corée parmi les 800 millions d’internautes repartis à travers le monde. 
- Rassembler les 6,5 millions de personnes d’origine coréenne éparpillées sur le globe.
- Encourager, promouvoir et servir le rêve des 70 millions de Coréens.

Mer de l’Est et mer du Japon

  La Corée et le Japon sont tellement sensibles avec ces deux expressions qu’ils sont entrés dans une cyber-guerre.
  La mer qui relie la péninsule coréenne et le Japon est traditionnellement appelée « mer de l’Est », mais au siècle dernier, grâce à un lobbying intense du Japon, le terme de « mer du Japon » s’est répandu. Il n’est pas inutile de préciser que la colonisation japonaise de la Corée, pendant la première moitié du 20ème siècle, a créé un contexte favorable à l’adoption de ce nouveau terme. C’est dans un contexte identique que le Japon a également cherché à s’approprier des îlots coréens de Dok qui se situent dans la mer de l’Est et à les rebaptiser « Takeshima ».

Source World KBS

 

Publié dans [Corée] Géopolitique

Commenter cet article

korean-cherries 22/11/2007 23:57

mer de l'est ou mer du japon quoi quil en soit ça restera tjrs la même... et on en fait tout un fromage... -.-

Daegann 18/12/2005 11:50

Je suis d'accord avec toi... Ici il ne s'agit pas de territorialité mais d'un simple nom. Cela dis cette "bataille" est malheuresement devenu trop symbolique (et politique) pour que l'on voit une solution comme ça à l'heure actuelle... :-/

lawren00 17/12/2005 23:46

Aucun des 2 noms ne convient je pense. Ca serait donner raison à l'un ou à l'autre. Les nations Unis devraient donner à cette mer le nom d'un émissaire de la paix entre ces 2 pays.