Fable coréenne : Le jugement du lièvre

Publié le par Daegann

    Jadis, un voyageur marchait dans un sentier de montagne pour aller à Sunchon. Il se dépèche pour franchir les montagnes avant la tombé de la nuit. "On dit qu'un tigre fréquente ces lieux" se dit-il avec des sueurs froides. Peu après, il entend le feulement du tigre. Il s'arrête, tremblant de peur. "Ca y es, je suis mort". Il décide de continuer en courant, pour fuir aussi loin que possible.
    "Heya !". Le voyageur à failli tombé dans une fosse. Cette fosse a d'ailleurs déjà piég un grand tigre. Celui-ci supplis le voyageur, les yeux pleins de larmes :
    "Je vous en prie, sauvez moi ! Je ne serai pas ingrat !"
    Le voyageur se laisse attendrir. Il trouve une perche et la met dans la fosse :
    "Tigre. Grimpe sur cette perche."
    " Merci infiniment ! "
    Le tigre sort et aussitôt attaque le voyageur. Celui-ci est surpris :
    "Comment ? Tigre ! Quelle ingratitude ! Ne suis-ja pas ton sauveur ?"
    "Juste ! Mais celui qui m'a fait tomber dans le piège, c'est bien l'homme. Donc, tous les hommes sont mes ennemis !"
    Le voyageur ne sait que répondre. Si cela continue, il va se faire croquer. Il imagine alors une ruse :
    "Ecoute, tigre. Demandons l'avis d'un tiers."
    "D'accord, demandons à quelqu'un."
    Ils vont voir un boeuf en train de brouter. Le voyageur raconte l'affaire en détail. Le boeuf :
    "C'est l'homme qui est mauvais. Il nous fait travailler sans merci, et alors, il nous mange. Donc, le tigre a raison !"
    Le trigre, ravis dit :
    "Homme, tu as tort ; je vais te bouffer !"
    Il attrape le voyageur. Celui-ci :
    "Attends une minute ! Demandons l'opinion de cet arbre."
    Le tigre :
    "D'accord."
    Ils vont consulter l'arbre. Celui-ci :
    "Pour sûr que c'est l'homme qui a tort. Il nous coupe, nous brûle. Tous les hommes sont mauvais."
    Le tigre :
    "N'insiste pas ! N'as-tu pas entendu ? Ils sont tous d'accord pour dire que les hommes ont tort."
    Le tigre s'apprête à dévorer le gars. Celui-ci :
    "Tigre, demandons l'avis d'un tiers, pour la dernière fois !"
    Le tigre ne s'oppose pas à la proposition du voyageur. Ils cherchent une bonne âme. Un lièvre vient à passer :
    "Ecoute, lièvre, j'ai un service a te demander" dit le voyageur, qui raconte en détail toute l'affaire.
    Le lièvre :
    "Hum ! C'est un procès bien délicat. Afin de rendre mon jugement, je dois reprendre l'instruction à son début."
    Le lièvre hoche la tête à plusieurs reprises.
    "Seigneur tigre, comment avez-vous fait pour tomber dans le piège ? Il faut que je voie cela clairement !"
    Le tigre répond aussitôt :
    "C'est facile !"
    Le tigre se rend à l'endroit du piège, le tigre y saute sans tarder. Le lièvre crie :
    "Voilà ! Pourquoi avez-vous sauvé ce tigre, qui répond à un bienfait par un méfait ? Si vous l'aviez laissé dans son trou, vous n'auriez pas eu d'emmerdement !"
    Ayant dit ces mots, le lièvre disparaît dans les bois.


    Voilà ^^ J'aime bien ce petit compte coréen. Et puis il y a beaucoup de choses à méditer dans cette histoire. La généralisation que fait le Tigre par exemple est interessante "Celui qui m'a fait tomber dans le piège, c'est bien l'homme. Donc, tous les hommes sont mes ennemis !". C'est assez symbolique... Et ce n'est qu'un des axes de réflexions de ce compte. Je vous laisse méditer dessus... (et d'ailleurs ce serait interessant de voir ce que chacun peut tirer comme conclusion de ce compte, je vous laisse poster vos commentaires ^^ )

Publié dans [Corée] Culture

Commenter cet article

mj 05/07/2009 16:52

Peut ton connaitre la source de cette fable ? la traduction, ou éditeur ? le nom en coréen ? Merci

Daegann 20/07/2009 22:48


Houla... Ca date... Je ne me rappel plus où je l'ai entendu... ^^;;


Haengbok 29/06/2006 12:58

Tel est pris qui croyait prendre. C'est la morale induite par le tigre qui croyait prendre l'homme et qui se "re"-trouve piégé.
La ruse du lievre est bien sympathique. Mais si en effet le tigre est mauvais et a menti a l'homme est-ce mieux que de ne le laisser et passer  sans se préoccupper de lui ? C'est une question de morale : le lievre est un lache et l'homme est juste, mais faillit se faire croquer.
Ma foi j'espere n'aider que de bons tigres.